[COVID-19] - Veille.- Loyers et emprunts.- Aides financières

par Guilhem GIL - Maître de conférences à Aix-Marseille Université
Affichages : 173

Groupe Action Logement, communiqué de presse, 11 juin 2020

Le conseil d’administration d’Action Logement Groupe a décidé le 11 juin de mettre en place un dispositif d’aide exceptionnelle en faveur des salariés confrontés à une baisse de revenus pour le paiement de leur loyer ou le remboursement de prêts pour l’achat de leur logement. Ce dispositif, doté de 100 millions d’euros mobilisés par Action Logement, est effectif avec effet rétroactif à compter du 1er avril 2020. Ce dispositif concerne trois catégories de bénéficiaires : les locataires du parc privé, social et intermédiaire ; les locataires de résidence collective d’hébergement (hors Crous) ; les ménages accédant à la propriété. Peuvent y prétendre tous les salariés du secteur privé quelle que soient leur ancienneté et la nature de leur contrat de travail qui ont eu à subir une baisse de leurs revenus d’au moins 15 % à la suite de la mise en place de mesure de chômage partiel ou une hausse significative de leurs dépenses. Sont également concernés les demandeurs d’emplois ainsi que les salariés ayant eu à connaître des surcoûts de loyer du fait de la crise sanitaire en maintenant une double résidence pour motif professionnel. Cette aide se présente sous la forme d’un forfait mensuel d’un montant de 150 euros, pendant une durée maximum de 2 mois pour les salariés éligibles dont les ressources sont inférieures à 1,5 SMIC. Une seule aide par ménage peut être accordée. Pour bénéficier de l’un de ces dispositifs, le salarié peut s’adresser au service social de son entreprise ou faire directement sa demande sur www.actionlogement.fr dans les trois mois qui suivent la première baisse de revenu ou bien contacter la plateforme «sos loyers impayés» : 0 805 16 00 75. Cette dernière, sous l’égide de l’Agence nationale pour l’Information sur le Logement (ANIL) permet aux agences départementales et à ses conseillers juridiques d’accompagner les locataires qui ont besoin d’information et de les orienter vers les aides qu’ils peuvent solliciter ou pour un accompagnement juridique. Parmi ces aides, celles du Fonds de solidarité pour le logement (FSL) de 350 millions d’euros, placées sous la responsabilité des conseils départementaux ou des métropoles ont été mobilisées en faveur des locataires en difficulté.