Pratique de la copropriete

  1. Manque de réactivité, honoraires trop importants, implication insuffisante… Lorsque la gestion d’un syndic ne donne plus entière satisfaction, il peut être judicieux d’en changer pour retrouver un niveau de service satisfaisant. Un changement qui implique toutefois le respect de plusieurs règles.

    Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 663de novembre 2020

  2. Alors que l’année 2020 s’inscrit dans un contexte de hausse des charges liée pour partie aux contrats d’assurance, il est essentiel de choisir avec soin son porteur de risques pour bénéficier des garanties les mieux adaptées aux besoins de chaque immeuble en copropriété. Or, la qualité d’un contrat se révèle parfois à l’occasion d’un sinistre, et dans certains cas, c’est la douche froide. Voici cinq points clés pour éviter les déconvenues.

    Article paru dans les Informations Rapides de la Copropriété numéro 662 d'octobre 2020

  3. Le dramatique incendie de la tour Grenfell à Londres en 2017, où sont morts 79 habitants, qui s’était propagé par le bardage de l’immeuble de 24 étages, a provoqué une prise de conscience, qui s’est traduite par un durcissement de la réglementation en France.

  4. Les désordres du bâti peuvent avoir différentes origines, mais dans tous les cas, les conséquences peuvent être très dommageables pour la pérennité de la structure. Le point sur les techniques à mettre en œuvre sans tarder lorsque le sol se dérobe ou que l’immeuble s’affaisse et se fissure.   

  5. Comment en finir avec les impressions, les classements et les recherches fastidieuses d’archives de la copropriété sans réelle garantie de pérennité ?

    Grâce à l’archivage numérique qui offre de nombreux avantages, dont une grande accessibilité des documents dématérialisés via un portail web.

    À condition, toutefois, de respecter certaines règles.

  6. Longtemps considérée comme une préoccupation mineure, la qualité de l’air intérieur est devenue en quelques années un enjeu essentiel de santé publique.
    L’air intérieur d’un logement, même en ville, est souvent de moins bonne qualité que l’air extérieur.
    Nos intérieurs sont, en effet, soumis à de multiples sources de pollutions de l’air : CO2, composés organiques volatiles ou encore appareils à combustion.

    Il est donc crucial de mettre en œuvre différentes actions pour respirer un air plus sain.

  7. Sollicitées au quotidien, les canalisations d’eau – présentes dans n’importe quel immeuble – doivent faire l’objet d’un entretien régulier et d’une surveillance constante. A défaut, les risques de dégradations à la suite de fissures ou de casses sont loin d’être négligeables.

    État des lieux des bons gestes en la matière..

  8. La paie des employés est un des domaines les plus complexes de la gestion d’une copropriété et c’est aussi un sujet sensible pouvant entraîner des litiges, au point que beaucoup de syndics sous-traitent cette tâche à un cabinet comptable spécialisé. Mais cette solution n’est pas forcément à la portée de tous les syndics, en particulier des syndics bénévoles.

  9. Quoi de plus agréable qu’une aire de jeu installée au sein d’une copropriété ?

    Appréciée des enfants, elle fait aussi le bonheur des parents et apporte une plus-value certaine à une résidence.

    Plusieurs paramètres sont toutefois à prendre en compte afin d’assurer la sécurité, le respect de la réglementation, mais aussi pour éviter toute mauvaise surprise financière à moyen ou long terme.

  10. Échanger des informations efficaces entre les résidents, le conseil syndical et le syndic d’une copropriété ne s’avère pas toujours des plus simples. Plusieurs solutions, en particulier numériques, existent pourtant pour optimiser la communication et éviter de perdre un temps précieux. État des lieux, forcément non exhaustif, des possibilités en la matière.